Tag Archives: reportage

ArteTV: Irak : la guerre du feu & Iran : cache-cache avec les Mollahs


  • Irak: Depuis le mois d’août dernier, 19 puits de pétrole ont été incendiés par les djihadistes de Daech pour ralentir l’avancée des forces irakiennes.

Seulement dix puits ont pu être totalement éteints. Les pompiers irakiens livrent un combat quotidien pour tenter de contrôler les flammes des puits de pétrole. Des conditions de travail désastreuses, au milieu de colonnes de fumées toxiques qui s’échappent en continu, recouvrant Qayyarah et ses environs d’une épaisse couche de suie.

Une fois la zone sécurisée et le feu sous relatif contrôle, les soldats du feu injectent de l’eau dans le puits grâce à un tuyau placé à l’intérieur avant de le recouvrir de terre. Un long processus qui explique pourquoi seuls dix des 19 puits en feu ont été éteints. Selon le programme environnemental de l’ONU, les incendies de pétrole brut produisent un large éventail de polluants, notamment de la suie et des gaz qui entraînent des problèmes de santé comme des irritations de la peau et des essoufflements. Quelles sont les conséquences économiques et sanitaires des puits de pétrole en feu ? Quelles sont les conséquences humaines, sociales et économiques issues de la domination de Daesh durant 2 ans ? Quel avenir les habitants de cette zone peuvent-ils espérer pour leur région ?

De Stéphanie Lamorré ARTE GEIE / Memento – France 2017

  • Iran: UN FILM DE MYLÈNE MASSÉ ET REZA MADI

Au-delà de l’étroit contrôle religieux imposé par le puissant régime des Mollahs, la jeunesse de Téhéran contourne régulièrement les interdits et les lois islamiques pour bâtir son propre espace de liberté.

Derrière les murs des appartements, sur les hauteurs de la ville ou encore à l’intérieur des voitures, immersion dans la Téhéran interlope.

La journaliste, qui s’est rendue sur place l’été dernier en se faisant passer pour une touriste, a pu filmer tous ces moments de rébellion éphémère. Elle est parvenue à tisser des liens profonds avec cette jeunesse iranienne prête à prendre tous les risques pour respirer un peu. Notamment avec une jeune femme, sa famille et un couple homosexuel, provoquant ainsi des moments intimes, révélateurs d’une société iranienne oppressée.

Ces femmes et ces hommes nous embarquent dans leurs virées nocturnes avec la prudence requise. Les Basidjis, ces impitoyables miliciens religieux ne sont jamais bien loin…

De Mylène Massé et Reza Madi ARTE GEIE / Premières Lignes – France 2017

Advertisements

Est ce que la femme algérienne aime que son homme l’a frappe, la réponse de cette femme m’a abasourdi !


Selon le ministère de la Santé Algérien et HuffPost Maghreb  près de “60% des femmes algériennes estiment que le mari a le droit de frapper son épouse”. Une citoyenne, interrogée par la chaîne de télévision Ennahar dans un “reportage” diffusé ce samedi 25 mars 2017 sur les violences conjugales, estime que le mari qui frappe son épouse est “rejla”. Et cette violence devrait “faire plaisir” à “toute femme algérienne … pure”.

Ce passage fait le buzz sur les réseaux sociaux. Et les internautes s’indignent sur Facebook et Twitter des déclarations de cette femme. D’autres téléspectateurs dénoncent plutôt la thématique abordée par cette chaîne, accusée de “chercher à normaliser les violences faites aux femmes” auprès de l’opinion publique.

Dans ce “reportage”, filmé vraisemblablement ce week-end dans un centre commercial à Alger, des hommes et des femmes mariés ont été interrogées sur leurs opinions à propos des violences faîtes aux femmes. Le présentateur leur demandait carrément s’ils frappaient ou s’ils “ont eu” à frapper leurs épouses, se montrant même surpris par les réponses négatives.

Tandis que des pères de familles reconnaissaient, timidement, avoir déjà “eu” à lever la main sur leurs femmes ou tentaient de justifier un tel comportement, d’autres se montraient plutôt offusqués par la question, en se référant directement aux préceptes du prophète Mohammed. “Impossible …”, affirmaient-ils.

Le présentateur de la dite-chaîne a également interrogé des femmes mariées et les opinions semblaient tout aussi divergentes. Certaines estimaient que le mari a bien le droit de frapper son épouse et que cette dernière “ne doit pas atteindre ce stade”. D’autres ont qualifié cette violence de “lâcheté” et de “faiblesse”.

Mais c’est bien un passage particulier qui fait le buzz sur la toile. Interrogée à son tour, une femme a dit estimer que “la femme algérienne ‘pure’ devrait voir” dans cette violence “la virilité de son homme”. Et de son opinion, cette “rejla”, qui se traduit par de la violence, devrait “faire plaisir”. Rien que ça …

Des twittos se sont rapidement emparés de ce passage et dénoncé les propos de cette femme. Ils qualifiaient, ironiquement (ou pas) cette citoyenne de “sado-masochiste”. Ils ont également dénoncé le reportage réalisé par Ennahar, qu’ils accusent de “chercher à normaliser” le phénomène.

Quelques réactions:

réactions femme algérienne 1

réactions facebook femme algérienne homme qui ne bat pas sa femme

  • Source: HuffPost Maghreb